22/09/2003

De la logique de la violence... et de Bush

>Voici un article publié dans The Guardian, le samedi 25 janvier 2003, par Terry Jones, l'un des deux réalisateurs des Monty Python.Je suis tout excité par la dernière raison de George Bush de bombarder l'Irak : il a perdu patience.Eh bien, moi aussi ! Depuis quelque temps maintenant, jen ai vraiment plein le cul de M. Johnson, qui habite quelques portes plus bas dans la rue. Enfin, de lui et de M. Patel, qui tiennent le magasin d'aliments diététiques. Tous deux, ils me regardent d'un air curieux, et je suis sûr que M. Johnson prépare quelque coup tordu contre moi, mais je n'ai pas encore réussi à découvrir quoi. J'ai été faire quelques tours pour voir ce qu'il prépare, mais tout est très bien caché. C'est vous dire à quel point il est vicieux. Quant à M. Patel, ne me demandez pas comment je le sais, mais je le sais de sources sûres c'est en réalité un tueur en série, un meurtrier de masse. J'ai distribué des tracts dans la rue pour dire que si nous n'agissons pas les premiers, nous y passerons tous, un par un.Des voisins m'ont demandé pourquoi, si j'avais des preuves, je n'allais pas à la police. C'est tout simplement ridicule. La police dira qu'ils ont besoin de la preuve d'un crime pour inculper mes voisins. Pour résoudre le problème, avec eux, il faudra passer par d'éternelles autorisations, par des ergotages sans fin sur le droit ou non d'une attaque préventive, et pendant tout ce temps M. Johnson sera en train de mettre la dernière main à ses plans pour me faire subir de terribles choses, et M. Patel sera en train de tuer secrètement des gens. Comme je suis seul dans la rue à posséder un rayon convenable d'armes automatiques, je crois que c'est à moi de faire régner la paix. Mais, jusqu'à récemment, il y avait une petite difficulté. Heureusement, maintenant, George W. Bush a bien montré que tout ce dont j'ai besoin, c'est de perdre patience, et alors je peux intervenir et faire tout ce que je veux.Et regardons les choses en face, la politique soigneusement réfléchie de M. Bush envers l'Irak est la seule manière d'amener la paix et la sécurité internationales. La seule façon sûre d'arrêter les attentats-suicides des fondamentalistes musulmans contre les USA et l'Angleterre est de bombarder quelques pays musulmans qui ne nous ont jamais menacés. C'est pourquoi je veux faire sauter le garage de M. johnson et tuer sa femme et ses enfants. Il faut frapper le premier ! Ça leur donnera une leçon. Après, il nous laissera en paix et il arrêtera enfin de me dévisager de cette façon tout à fait inacceptable. M. Bush montre bien que tout ce qu'il y a à savoir avant de bombarder l'Irak, c'est que Saddam est un homme très méchant et qu'il a des armes de destruction massive - même si personne ne peut les trouver.Je suis certain d'avoir autant de raisons de tuer la femme et les enfants de M. Johnson que M. Bush en a de bombarder l'Irak. La perspective à long terme de M. Bush est de rendre le monde plus sûr en éliminant les Etats-voyous et le terrorisme. C'est un objectif à très long terme, car comment savoir quand c'est terminé ? Comment M. Bush saura-t-il qu'il a éliminé tous les terroristes ? Quand tous les terroristes seront morts ? Mais un terroriste ne devient un terroriste qu'à partir du moment où il a commis un acte de terreur. Que faire des prétendants-terroristes ?Ce sont ceux que vous devez vraiment chercher à éliminer, à partir du moment où la plupart des terroristes connus, en devenant des bombes humaines, se sont déjà éliminés eux-mêmes. Peut-être M. Bush a-t-il besoin de liquider tout le monde qui pourrait éventuellement devenir un terroriste ? Peut-être n'est-il pas sûr d'avoir accompli sa mission avant que tout fondamentaliste musulman ne soit tué ? Mais alors, des musulmans modérés pourraient se convertir au fondamentalisme. En fait, peut-être que la seule solution serait pour M. Bush déliminer tous les musulmans. C'est pareil dans ma rue. M. Johnson et M. Patel ne sont que le sommet de l'iceberg. Il y a des douzaines d'autres personnes dans la rue que je n'aime pas et qui franchement me regardent d'un drôle d'air. Personne ne sera vraiment tranquille ici tant que je ne les aurai pas tous tués.Ma femme dit que je suis peut-être en train d'aller trop loin, mais je lui réponds à chaque fois que j'utilise simplement la même logique que le président des États-Unis. Ça la lui coupe. Comme M. Bush, je suis à bout de patience, et si c'est une raison suffisante pour le président, ça l'est pour moi. Je donne à toute la rue deux semaines non, 10 jours pour me remettre tous les étrangers["aliens" en anglais, ndt] et les kidnappeurs interplanétaires, les hors-la-loi galactiques et les têtes pensantes des terroristes interstellaires, et s'ils ne me les remettent pas gentiment en me disant " merci ", je bombarde la rue toute entière jusquà la fin des temps...C'est aussi sensé que ce que propose George W. Bush et, en comparaison avec ce qu'il entreprend, ma politique ne détruira qu'une rue.Terry Jones

11:29 Écrit par Gouttedeau | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le saviez-Vous ?

Si on pouvait réduire la population du monde en un village de 100 personnes tout en maintenant les proportions de tous les peuples existants sur la terre, ce village serait ainsi composé :- 57 asiatiques- 21 européens- 14 américains (Nord, Centre et Sud)- 8 africainsIl y aurait :- 52 femmes et 48 hommes- 30 blancs et 70 non blancs- 30 chrétiens et 70 non chrétiens- 89 hétérosexuels et 11 homosexuels- 6 personnes posséderaient 59% de la richesse totale et tous les 6 seraient originaires des USA.- 80 vivraient dans des conditions de logement insalubres- 70 seraient analphabètes- 50 souffriraient de malnutrition- 1 serait en train de mourir- 1 serait en train de naître- 1 posséderait un ordinateur- 1 (oui, un seulement) aurait un diplôme universitaire.Si on considère le monde de cette manière, le besoin d'accepter et de comprendre devient évident.Prenez en considération aussi ceci :- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.- Si vous n'avez jamais été dans le danger d'une bataille, la solitude de l'emprisonnement, l'agonie de la torture, l'étau de la faim, vous êtes mieux que 500 millions de personnes.- Si vous pouvez vous déplacer sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que le 75% des habitants de la terre.- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.- Si vos parents sont encore vivants et toujours mariés, vous êtes des personnes réellement rares.- Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une double bénédiction, parce que quelqu'un a pensé à vous et parce que vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.(ce texte n'est pas de moi. Et L'illustration est tirée de Plantu

11:22 Écrit par Gouttedeau | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

20/09/2003

C'est parti mon kiki !

Cela fait des années que je tente par tous les moyens de coucher sur une page blanche mon regard si particulier sur les choses de la vie.Sans doute, suis-je fou. A lier.Est-ce ce mur que mon crâne à violemment heurté alors que j'avais huit ans, m'enfermant des mois durant dans une migraine lancinante ? Ou bien, est-ce, entre mes trois et cinq ans, cette incompréhension de voir ma maman disparaître derrière la porte pendant des semaines sans aucune explication ? Je ne sais pas. Toujours est-il que mon cerveau travaille, vingt quatre heures sur vingt quatre, et que je trouve le silence dans ma tête et le repos de mon esprit qu'une fois le sommeil rencontré au détour d'une pensée. La chose est épuisante mais riche. Tout est l'objet d'analyses et de réflexions, tout est prétexte à l'imagination, à la création. Sans doute trop.Car à force de recevoir à chaque seconde des milliers d'informations, des tonnes d'impressions, des vagues déferlantes de sentiments, le risque est grand de sombrer dans la paranoïa, dans la folie.J'en suis même à me demander parfois si je n'ai pas déjà franchi le miroir.De la raison de vous partager ce petit bout de folie !

12:26 Écrit par Gouttedeau | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |